Conseils pour rénover la façade de sa maison

rénover

Vous souhaitez prendre soin de l’extérieur de votre maison ? Vous avez bien raison ! Ouvrez les yeux et regardez attentivement l’état de vos façades. Celles-ci donnent le ton et peuvent embellir votre habitat comme le rendre moins attrayant si un nettoyage fréquent n’est pas effectué. Mais ces façades sont avant tout une protection efficace contre les agressions extérieures, il faut donc les préserver. Pour cela, suivez nos conseils pour une rénovation réussie.

Nettoyer les murs de sa maison pour mieux rénover

Effectuer des travaux de rénovation de sa façade, c’est faire en sorte de prévenir tout risque important de dégradation et d’entretenir pendant longtemps l’aspect originel des murs. Peu importe l’étendue des travaux, il convient tout d’abord de nettoyer sa façade au moins une fois par un. Le but est de faire disparaître toutes les taches et autres traces de pollution qui sont apparues. La méthode différera selon la nature du mur.
Rénover sa façade avec une perche télescopique permet par exemple d’atteindre des endroits inaccessibles comme les coins, les gouttières ou les surfaces trop élevées. Cela évite de sortir l’échelle ! Le nettoyage en hauteur est effectué et rien n’est oublié grâce au bon outillage.
Parmi les différentes techniques de nettoyage, il y a : le gommage à sec, l’hydrogommage, le nettoyage à moyenne pression (celui à haute pression serait trop agressif)… Les murs peuvent être nettoyés à l’aide d’un jet d’eau ou d’un nettoyeur à moyenne pression pour décrasser le plus gros. Il s’agit d’enlever les imperfections pour obtenir une surface propre, prête à dévoiler d’éventuels problèmes demeurés cachés jusque-là et à accueillir le reste des travaux de rénovation.

Rénover la façade de sa maison : une obligation

S’il est important de prendre régulièrement soin des murs de sa maison pour des raisons esthétiques, sachez qu’il existe aussi des dispositions légales qui encadrent cela. En effet, la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) entrée en vigueur le 13 décembre 2000, impose l’entretien des façades des bâtiments. L’article L132-1 du Code de la construction et de l’habitation somme aux propriétaires de préserver la propreté de leurs façades voire d’effectuer des travaux au moins tous les dix ans en cas de dégradation importante.
Ainsi, chaque propriétaire se doit de conserver sa façade en bon état. Pour des raisons sanitaires, bien évidemment, l’habitat doit être sain. En cas de fissures trop profondes par exemple, l’humidité peut s’y infiltrer.
Enfin, n’importe quels travaux faits en extérieur doivent correspondre à des conditions spécifiques arrêtées par la mairie de la ville. Il faudra donc dans un premier temps demander l’autorisation d’effectuer cette rénovation ainsi que d’éventuels travaux auprès de votre mairie. Le plan local d’urbanisme (le PLU) énumère des matériaux à utiliser en cas de revêtement de façade. N’oubliez pas que votre habitat doit avoir un aspect extérieur qui respecte les couleurs locales.

Repérer les signes d’une façade détériorée

Il convient de rappeler que chaque bâtiment ou chaque maison a ses propres caractéristiques. La détérioration des façades ne se fera pas de la même manière dans le temps, en fonction des matériaux qui auront été utilisés. Il faut donc être attentif aux signes avant-coureurs, même les plus petits, afin d’éviter les complications. Certaines détériorations sont facilement détectables à l’œil nu :

• L’apparition de la mousse (et autres champignons) : ce sont des conditions climatiques humides qui favorisent leur apparition. La mousse n’est pas un danger en tant que telle pour le mur, mais elle risque de l’affaiblir en attaquant son étanchéité. Elle aime les fissures et peut les accentuer ;

• L’apparition de taches diverses : souvent dues à la pollution en tout genre, ce sont là aussi des moisissures qui peuvent s’étendre et se développer dans des crevasses ;

• La peinture qui s’écaille ;

• La présence de fissures (à déterminer si elles sont stables ou vivantes).

Faites attention également à tout ce qui est plantes grimpantes, comme le lierre ou la vigne vierge ! Elles peuvent cacher des dégradations qui se développeraient en dessous voire même se faufiler dans des fissures ou des crevasses et fragiliser ainsi les murs.

Gérer les problèmes de fissures murales

Vous vous y êtes pris trop tard et devez désormais régler des problèmes de fissure ? Ne perdez pas plus de temps et passez à l’action. Une fissure doit être impérativement rebouchée. Si elle dépasse les 2 mm de largeur, il faut envisager des travaux plus conséquents.
Pour information, une microfissure stable peut simplement se colmater et être masquée avec un enduit de finition. Au-delà de 2 mm de largeur, il faut traiter en profondeur cette fissure. Munissez-vous de vos outils (spatule, truelle ou taloche) et préparez un mortier de rénovation.
Si ces travaux vous dépassent, vous pouvez envisager l’intervention d’un professionnel. Celui-ci pourra identifier la cause de ces fissures murales ainsi que leur gravité. En effet, cela traduit bien souvent une infiltration, un choc, une instabilité des sols… Dès lors, il faut aussi se demander si cela ne compromet pas la sécurité globale du bâtiment.


Comment améliorer le DPE de votre maison ?
Se chauffer grâce aux bûches de bois compressé